KDE Neon (fournée 18.04), Ecrin pour PC Jacky Tuning

Bonsoir ,

Titre un peu what the fuck, mais je ne pouvais pas m’empêcher de faire le jeu de mots foireux avec Neon et le jacky tuning. Ceci dit, ceci est également vrai car suite au débranchage des fonctions vitales de la frankeindistro qui était installée jusque là sur mon sapin de noël permanent (une kubuntu 18.04 qui a vu une greffe de paquets de KDE neon à l’époque en 16.04 puis ensuite une update de ces dits paquets en fournée 18.04 à la release), il était l’heure de lui remettre un système propre.

Ayant pu juger en aperçu de ce que KDE Neon avait dans le froc avec mon ex-bidouillage, j’ai décidé de lui donner sa chance directement tirée de la boutanche du caviste. C’est ainsi que, armé de la clé USB d’installation, je me préparai encore à passer une nuit blanche en ce vendredi, la faute au fameux “15mn d’install, 6h de configuration”

Continuer la lecture de KDE Neon (fournée 18.04), Ecrin pour PC Jacky Tuning

Pudukubuntu, le meilleur OS GNOU/Linuks de l’univers

Après des hectolitres de café serré, de sueur sur la raie pendant les tests, de tirage de cheveux (j’ai gagné 20 ans avec une nouvelle calvitie), de plongeons dans des fenêtres noires avec des trucs bizarres qui défilent, le Laboratoire LoboTommy™(coté en bourse NazeDAC : LBTY, repère de mecs surcotés en blouse blanche) est fier de vous présenter la Pudukubuntu.

Pudukubuntu 0.01

Continuer la lecture de Pudukubuntu, le meilleur OS GNOU/Linuks de l’univers

Fedora 28 – Test en dur de la version KDE

Si vous avez suivi mes aventures dans l’article précédent, j’ai débranché la Arch sous palliatifs hier soir. A peine le temps de verser une petite larme (ou ça devait être la condensation de la topette de Battin -bière Luxembourgeoise- que j’ai dépucelée en prévision de la configuration), que la clé USB contenant la hier encore RC de Fedora 28 s’insérait comme Papa dans Maman dans le porc (oui la faute est volontaire) pour une preste installation. En effet, le PC sur le billard hier était TsarBomba, le streumon qui est mon PC fixe, donc fallait pas trop traîner. Passer la soirée sur le laptop en 15 pouces ne m’enchantait guère, maintenant que deux écrans de 24 pouces ne demandent plus que se faire chatouiller les prises HDMI pour envoyer du susucre dans les mirettes. Et comme le montre l’image de l’article, pour un amoureux des Bouledogues comme moi, ils ont des arguments hyper convaincants.

Cuvée de l’année ou Piquette bouchonnée?

Continuer la lecture de Fedora 28 – Test en dur de la version KDE

Fédodo Arch

Après quelques années (au moins 2 ans), les arch-like et moi, c’est fini.

Mon “infra” (j’aime bien les mots qui font sysadmin, en même temps l’ensemble de mon matos informatique et ses connexions ressemble de moins en moins au paradigme classique de Mr tout le monde) tourne sur une variété de Linux. La diversité de distros ne me déplait pas, ça permet de rester relativement complet sur l’administration de base.

Pour info, on à

-Le fixe : Arch Stable (pour le moment)

-Laptop : Fedora 27

-Serveur : Debian stable dernière cuvée

-1 RPI3 avec LibreELEC pour le client media center

-1 RPI B avec Raspbian + PiHole pour le contrôle un peu plus poussé du résal que ce que permet la box du FAI entre le rouge et le marron (serveur DNS et DHCP)

Le souci? Le fixe. Elément devenu central, tout comme le serveur, je suis devenu moins tolérant aux plantages aléatoires et autres pannes. Hélas, ce qui arrive parfois sur Arch arrive, de multiples bugs viennent s’incruster.

En vrac nous avons :

-Le lockscreen qui saute une fois sur 2, avec quand même un chôli message pour débloquer, mais ça devient lourd de taper loginctl unlock-user c1 dans un 2e TTY.

-Lors de la dernière mise à jour, je me mangeais un Kernel Panic après le grub, même pas le temps de dire merde. Le coupable, pendant cette MAJ, l’initrd généré était foireux. Réglé avec un live d’archmerged qui trainait et un arch-chroot, suivi du classique mkinitcpio -p linux.

-Des bugs graphiques en pagaille (scintillement) et des resets sans vaseloche du compositeur de plasma (meme avec un utilisateur vierge) qui mettent le bronx dans l’affichage

-D’autres petits trucs trop longs à énumérer…

J’ai plus le même temps qu’avant pour réparer, et l’optique de bouffer un week end pour tout fixer bug par bug ne m’enchante pas. C’est pour ça que le fixe, après backup -en plus du journalier, on est pas à l’abri d’un dd (la commande) foireux- va passer sur quelque chose de (légèrement) moins cavalier.

N’en déplaise aux ayatollahs de la rolling (j’fais ce que je veux c’est mon PC), ce soir, on installe une Fedora, qui pour moi est un bon pont entre les deux mondes.

-Malgré son statut de fixed, elle fait évoluer en version certains des paquets (kernel, navigateurs, autres trucs) ce qui permet de garder une relative fraicheur en versions de logiciels.

-Ca reste une fixed malgré tout, donc moins de risques de se manger une update qui fait tout péter. Ceci dit, le serrage de fesses se fera une fois tout les x mois et non plus toutes les semaines.

Mais comme rien n’est jamais simple, j’apprends que Fedora 28 sort demain. Au lieu d’attendre (je met environ une journée à re-configurer après installation), ça va se passer, si tout se goupille bien, comme suit :

-Installation d’une Fedora 28 RC (la plus récente)

-Configuration du bouzin nouvellement installé

-Upgrade vers F28 dès que dispo.

Je croise les doigts pour que ça marche, tout ce bordel doit tourner comme une horloge ce week end.

(to be continued?)

VIPER4Android FX – Equaliseur avancé pour Android

Tout comme mon PC, j’aime bidouiller mon HTC 10 (et tout autre appareil informatique ou électronique qui me passe sous la main) pour qu’il corresponde exactement à ce que je veux. Outre une rom style LineageOs (l’héritière de CyanogenMod), j’aime aussi avoir du gros son quand je prends ma bagnole pour aller au travail. Outre avoir une playlist Metal et autres trouvailles bien léchée, il est aussi possible de jouer avec le rendu sonore sur android. Certains téléphones viennent ou pas par défaut avec un equalizer basique (réglages sur quelques fréquences, réglages prédéfinis suivant le genre). VIPER joue dans une toute autre catégorie, il dispose d’une multitude de réglages permettant d’avoir un rendu sonore impossible avec des applications plus basiques.

Continuer la lecture de VIPER4Android FX – Equaliseur avancé pour Android

Les WTF du libre – 1 – Le Forkenstein

Dans l’immensité de choix que propose le monde Linux, il y a des choses stables (les distributions célèbres), des originalités appréciables (Solus, certaines avec ce petit plus qu’on aimerait bien avoir sur son système principal) et les pertes de temps et de développement, appellées aussi DGLFI (voir article sur Pourquoi Manjaro pour cette abréviation).

 

Le monde des DGLFI est un riche monde où chaque fail qui est présent peut aussi être catégorisé. Tout comme il y a plusieurs types de bugs, il y a plusieurs types de DGLFI. Aujourd’hui, je vous explique le forkenstein.

Continuer la lecture de Les WTF du libre – 1 – Le Forkenstein

Distribution : Pourquoi j’ai choisi Manjaro

Quand on entre dans le monde merveilleux de GNU/Linux, un des détails qui frappe le plus est la multitude de systèmes disponibles. Allant des classiques Ubuntu, Fedora, Arch aux plus spécialisées comme Scientific Linux, en passant par des DGLFI (Distribution Gnu/Linux Franchement Inutiles – Terme inventé par Frederic Bezies) monstrueusement non-fonctionnelles, le choix est vaste. Point faible par le fait de la dispersion des talents en développement qui font leur truc à droite à gauche, c’est aussi un point fort car il y aura forcément quelque chose adapté à votre usage.

Continuer la lecture de Distribution : Pourquoi j’ai choisi Manjaro

[PC Portables] – Manjaro Linux- Démarrer un PC portable Optimus uniquement sur la carte graphique Nvidia.

Cela fait quelques années que je me trimballe des PC portables. Autrefois par nécéssité, et maintenant parce que je ne vais pas balancer un Asus ROG à la poubelle.

Il y a presque une dizaine d’années, nVidia a décidé de donner un rejeton à son Hybrid SLI, une technologique qui intégrait un GPU faiblement puissant mais économe électriquement, plus un autre GPU costaud mais gourmand. Le passage de l’un à l’autre à l’époque se faisait manuellement.

Le principe du rejeton, Optimus, consiste à ce que ce changement se fasse de façon automatique, sans l’intervention de l’utilisateur. Dans la pratique, et dans un monde idéal (aussi sur windows), lorsque vous naviguez sur le net, l’affichage est calculé par le GPU économe. Il n’y a pas besoin d’une puissance graphique démesurée pour regarder des vidéos de bouledogues sur youtube ou le profil de votre ami un peu frappé du bulbe. De plus, la batterie vous dira merci.

En revanche, quand vient l’heure de s’amuser un peu, ces GPU ne sont pas suffisants pour supporter les calculs et les graphismes de votre jeu. C’est pour ça que sont aussi intégré des GPU plus gourmands en électricité, mais plus puissants. Hélas sur Linux, ce changement automatique ne se fait pas (Parce que les constructeurs ces vilains c’est uniquement de leur faute, ils encouragent le grand capital MicrosAmazonBook- DarkTux59666 – Spécialiste ès rien du tout). Il existe des solutions pour avoir une ébauche de support.

Continuer la lecture de [PC Portables] – Manjaro Linux- Démarrer un PC portable Optimus uniquement sur la carte graphique Nvidia.

Le proprio’ !

Bonjour ! Comment commencer ce petit bloc notes techniques et purge-cerveau que va être ce blog? (J’ai horreur de ce mot).

En présentant le tenancier pardi !

Tommy, 27 ans. Dans les ordis depuis mes 8 ans, j’ai fini par pouvoir travailler dans l’informatique après moultes péripéties dont une série en 7 saisons ne suffirait pas à raconter l’ensemble.

je vous souhaite bonne lecture, et réactions dans les commentaires !